Un géant est mort:  à chacun son Castro

Fidel Castro est mort comme il a vécu: c’est-à-dire, en icône des controverses.  J’étais particulièrement frappé par les images fortes et contrastées à l’annonce, le 25 novembre dernier, de la mort du Lider Maximo, comme on l’appelle sur l’île de la Caraïbe. 

À la Havane, c’était la consternation; tandis qu’en Floride, où s’est exilée une importante diaspora cubaine, c’était la jubilation.

Ces contrastes s’observent même dans la sémantique, c’est-à-dire, dans le choix des mots des différents chefs d’État et de gouvernement du monde.  Pour les uns, Fidel fut un dictateur qui a brimé les droits de l’homme (assassinats politiques, emprisonnements pour délit d’opinion, exils politiques, etc.); tandis que pour les autres, ce fut un grand homme, qui a contribué à la libération de son peuple.  Faut-il trancher?  La vérité se trouve entre les deux, sinon dans l’addition des deux images contrastées.

Personne ne peut nier que depuis l’accession au pouvoir de Fidel Castro en 1959, il y ait eu, en effet,  des arrestations, des emprisonnements et des exils politiques, bref une confiscation des pouvoirs de l’État par les frères Castro—même s’il y a toujours eu des élections et des consultations populaires.  Ce serait un déni de justice et un manque de respect pour la dignité de ceux et celles qui sont morts ou qui se sont exilés aux États-Unis ou ailleurs dans le monde que de ne pas admettre ces faits incontestables.  Oui, le régime castriste fut un régime dictatorial et brutal, qui s’est perpétué au pouvoir pendant près de 60 ans, en brimant les droits des opposants politiques, notamment.

Toutefois, on ne peut, ni ne doit, non plus, par respect pour la vérité, passer sous silence les réalisations gigantesques de la révolution castriste.  De ces réalisations se détachent les avancées évidentes en matière d’éducation et de santé.  Quoi qu’on dise de Castro, il faut lui accorder l’accessibilité et la gratuité scolaire pour tous les Cubains, de la maternelle à l’université.  En sorte que Cuba accuse l’un des plus hauts taux d’alphabétisation au monde, avec moins de 1% d’analphabètes, devant le Canada et les États-Unis.  Ce n’est pas rien…

Un autre haut fait d’armes du régime castriste réside, sans nul doute, dans le domaine de la santé.  Non seulement les Cubains ont-ils accès gratuitement à un médecin, mais en plus, le système de santé cubain compte parmi les meilleurs au monde.  En sorte que l’espérance de vie des Cubains  est de 79,4 années, la 38e au monde, devant les Chinois.  C’est très appréciable.  C’est vrai que Cuba demeure un pays pauvre, mais il faut en imputer les responsabilités aussi aux effets nocifs et dommageables de l’embargo américain.

Au regard des ces faits, Fidel Castro est mort comme il a vécu, c’est-à-dire,  dans la controverse, en Tyran et en Titan.  Pour cela, l’Histoire le condamnera ou l’ « absoudra ».  À chacun son Castro.

L’équipe  BisB.

Crédit photo: Wikipédia